Partager

Gérer un projet industriel au Maroc : le guide pratique

Gérer un projet industriel au Maroc : le guide pratique

Arpio Architects, agence d’architecture dont le siège est situé à Casablanca-Maroc, est dirigée par Mohamed Berrada, architecte, enseignant universitaire, expert et médiateur international. L’agence est formée d’une équipe pluridisciplinaire d’experts spécialement dédiée à l’industrie et à la logistique qui vous garantit une véritable compréhension de vos problématiques sous l’angle architectural, technique et financier. A travers la longue expérience de ses équipes, la gestion d’un projet industriel n’a plus de secret et cet article vise à vous apporter des éclaircissements quant aux éléments clés d’une bonne gestion de projet industriel au Maroc.

La structure de production de tout projet industriel au Maroc s’appuie sur les aspects étayés dans cet article, à commencer par la coordination.

  1. La coordination

Cette tâche est attribuée souvent à l’Architecte chef de projet ou à un Bureau d’études spécialisé, pour coordonner l’ensemble de l’équipe opérant dans le cadre du projet industriel : MOA, MOE, BET, ingénieurs spécialisés, bureau de contrôle, chargé de projet, entreprises, agents techniques, surveillants de chantier, etc.

  1. Les livrables

Chaque étape de projet fait l’objet d’une validation avec le MOA et de son approbation formelle :

  • Étude préliminaire (avant-projet sommaire)
  • Analyse, énoncé et validation des besoins
  • Élaboration et choix du concept et de l’esquisse
  • Estimation des coûts et préparation d’un échéancier des travaux
  • Rapport éventuel
  • Plans et devis préliminaires (plan général d’aménagement, croquis, dessins préliminaires, maquette, choix de matériaux, estimation préliminaire des coûts, rapport sommaire)
  • Phase de plans et devis définitifs (Avant-projet détaillé)
  • Implantation, nivellement et drainage, plantation
  • Détails de construction et de plantation
  • Irrigation, éclairage, etc
  • Devis technique
  • Estimation détaillée des coûts
  • Dépôt des demandes d’autorisation
  • Permis de construire
  • Subventions éventuelles
  • Autorisation éventuelle auprès des administrations

 

  1. Les appels d’offre d’exécution des travaux

Au dépôt des plans et devis du projet industriel implanté au Maroc, l’Architecte a normalement la responsabilité de préparer pour le Maître d’Ouvrage MOA, les documents d’appel d’offres (dont font partie intégrale les plans et devis). Le processus comprend la production des documents d’appel d’offres en période de soumission :

  • Bordereau de soumission
  • Avis aux soumissionnaires
  • Clauses administratives
  • Clauses techniques
  • Évaluation des offres
  • Analyse et choix d’un soumissionnaire en accord avec le client
  • Octroi et la signature du contrat
  • Mise en route du chantier
  • Construction (réunions de coordination, réunions de chantier, rapports d’avancement, plannings éventuels)
  • Clôture du projet (Acceptation ou refus ou modifications demandées)

La clôture du projet représente l’étape finale. Elle comprend l’évaluation du projet et la fermeture des dossiers du projet (par exemple : la garantie de plantation ou du mobilier du fabricant, la garantie de l’installation, etc.)

  1. La surveillance des chantiers

Tout au long des différentes phases du projet industriel, il est primordial de définir le rôle et la responsabilité de chaque acteur pour garantir la bonne marche du processus global établi et de sa méthodologie d’exécution. Les activités qui marquent la période de construction de tout projet industriel au Maroc sont :

  1. La réalisation du projet
  2. L’inspection des travaux
  3. L’approbation finale
  4. Les paiements : qui se composent des travaux autorisés et exécutés, des réclamations définis par les différents changements et travaux extra ou hors bordereau, ainsi que les pénalités de retards ou fautes commises sur chantier.

La fin du projet industriel est prononcée quand :

  • La production des livrables est complétée
  • Le niveau de qualité est conforme
  • Le projet a été livré par l’entreprise et accepté par le client

Chaque action permanente de la consultation régulière des différents acteurs du projet industriel a son importance dans le succès de la surveillance du projet dont voici les grandes lignes :

  • Prendre connaissance des plans et devis
  • Rencontrer le concepteur
  • Identifier les différents intervenants : client, experts et professionnels, entrepreneur, fournisseurs et utilités publiques
  • Vérifier les documents de soumission : Conformité, erreurs de calculs ; soumissionnaire et ordre ; date et heure ; cautionnement de soumission ou chèque visé ; nombre de jours de chantier

 

  1. L’ouverture de chantier

Cette phase est gérée d’une manière méthodique et journalière, à commencer par la gestion de la sécurité des différents intervenants et le matériel qui s’y trouve :

La réunion de démarrage du projet revient à établir le rôle de chaque partie prenante :  échéancier, représentants, MOA, MOE, entrepreneur, surveillant, permis (occupation domaine public) ainsi que la fréquence des réunions.

Avant le début des travaux, le surveillant de chantier a la responsabilité de vérifier le terrain, de constater les conditions existantes et, dès la première journée, voir à ce que l’entrepreneur établisse les bornes d’implantation et le point de repère puis en faire la vérification. Ceci passe par :

  • Réunir l’équipement de chantier et de sécurité (CSTB)
  • Copie des plans et devis
  • Protection des éléments existants, du public et des travailleurs.
  • Type de machinerie et techniques de construction particulières.
  • Implantation – voir si un relevé d’arpentage est requis.
  • Inspection des éléments tels que le béton, l’acier, les travaux de maçonnerie et de menuiserie, etc.
  • Analyses – prélèvements
  • Tranchées – remblais-déblais (infrastructures au-dessus)
  • Fondations – matériaux granulaires – provenance – granulométrie – tests de compactage
  • Lits de plantation : profondeur de terre de culture
  • Modules de jeu – implantation (normes de sécurité) – accréditation parfois demandée
  • Végétaux : provenance (bordereau de livraison) et mode de transport – droits de refus
  • Terre de culture : provenance – échantillon – analyse
  • Documents de chantier

Viennent ensuite les rapports de chantier quotidiens ou hebdomadaires. Le surveillant de chantier est tenu de rédiger un rapport de chantier faisant état des travaux réalisés et de leur avancement, des équipes de travail présentes sur place, de la température, des problèmes rencontrés, des modifications apportées, etc.

Puis les directives de chantier qui consistent en des avis écrits qui, habituellement, suivent un avis verbal à l’entrepreneur concernant une exécution non-conforme, une malfaçon dans la méthodologie de réalisation et exige de procéder à des correctifs dans un délai prescrit.

A la suite, on retrouve le suivi des dessins d’atelier. Les dessins d’atelier à soumettre sont indiqués au niveau du devis et servent à vérifier la conformité de l’exécution préalablement à la réalisation. La réalisation n’est déclenchée qu’une fois les dessins d’atelier approuvés par les différents acteurs concernés par cette étape.

Le suivi des demandes d’équivalences quant à elle surviennent dans certains cas, pour des produits particuliers, où elles peuvent être soumises par l’entrepreneur. Il s’agira de produits comparables ou équivalents qui peuvent, par exemple, être plus facilement disponibles. Il revient au maître d’œuvre et au maître d’ouvrage d’accepter ou de refuser une équivalence ou un changement de produit.

  1. Le suivi du chantier

Le surveillant de chantier est tenu de suivre rigoureusement l’avancement des travaux et d’émettre des directives de chantier, au besoin, s’il est jugé qu’il a négligé dans le temps la réalisation des travaux ou procédé d’une façon jugée non efficiente. Il faut cependant noter qu’il a le privilège de mener le chantier à sa façon, dans le respect des lois et règlements, et qu’il est tenu, en fait, de livrer le projet à la date prescrite en prenant les moyens qu’il aura jugé appropriés, à moins de spécifications particulières en rapport à certains travaux.

Tout changement aux plans et devis sur le chantier doit faire l’objet d’abord d’une offre de changement qui peut porter aussi le nom d’avis de changement ou directive de modification de travaux. Il s’agit d’un document qui décrit le changement demandé par le maître d’œuvre pour lequel l’entrepreneur soumet un prix et signe.

L’approbation de travaux contingents est quant à lui un document qui suit l’offre de changement advenant un accord entre le maître d’œuvre et l’entrepreneur concernant le changement et le prix soumis. Ce document confirme l’accord et confirme l’autorisation de procéder au changement. Ce document peut aussi porter le nom d’avenant au contrat ou d’autorisation de modification. L’accord de maître d’ouvrage est aussi de mise.

Les décomptes provisoires correspondent aux demandes de paiement soumises par l’entrepreneur pour la réalisation des travaux, selon l’avancement des travaux. Il peut être convenu que les décomptes provisoires soient soumis sur une base mensuelle ou toute autre séquence jugée appropriée par les parties.

  1. La livraison du projet

A la livraison, le document de réception des travaux confirme que les travaux sont réalisés à la satisfaction du maître d’ouvrage et du maître d’œuvre. Cette acceptation libère l’entrepreneur de ses responsabilités civiles sur le terrain, responsabilités qui reviennent, à compter de ce jour, au propriétaire. La réception provisoire ne libère cependant pas l’entrepreneur des garanties quant à la qualité de l’ouvrage et aux équipements qu’il aura fournis et installés selon les garanties exigées au devis et selon les prescriptions du code civil.

Une première liste de déficiences ou réserves est habituellement produite par le surveillant avant l’acceptation provisoire. Il s’agit des ajustements à faire à certains ouvrages ou de travaux à compléter afin qu’ils soient jugés acceptables et conformes de manière à permettre de procéder à la réception provisoire des travaux. Il faudra que l’entrepreneur procède aux correctifs et modifications notés afin d’obtenir le paiement final des travaux.

La réception définitive des travaux a lieu un an après la réception provisoire des travaux et permet de vérifier que les ouvrages ont été réalisés en conformité des prescriptions, qu’aucune déficience découlant d’une malfaçon dans la production des éléments et dans leur mise en place n’est décelée et que les végétaux sont en bonne condition. Cette étape libère toute retenue financière autorisée au contrat de l’entrepreneur.

NB : Des garanties sont applicables selon la loi et selon les politiques des fournisseurs. L’entrepreneur et les fournisseurs demeureront responsables d’honorer les garanties qui leur sont imputables en cas de déficiences.

Contactez-nous pour plus d’informations

 

Partager l'article: